REFORME ET DEVELLOPEMENT DU SECTEUR CINEMATOGRAPHIQUE EN TUNISIE : SYNTHESE - CONCLUSION - LES AUTEURS

Publié le par ciac



 

VIII

SYNTHESE DES PROPOSITIONS



 

La culture du cinéma

 

1 – Créer une Cinémathèque Tunisienne

2 – Réformer les festivals de cinéma existants et encourager le lancement de nouveaux

3 – Organiser, promouvoir et accompagner la critique cinématographique

4 – Encourager la redynamisation des ciné-clubs

5 – Créer des Centres Régionaux de Cinéma

6 – Promouvoir le court-métrage, le documentaire, l’animation et l’expérimental

7 – Encourager toute forme d’activité institutionnalisée ou non autour du cinéma


 

L’enseignement et la formation

 

1 – Créer une matière « Cinéma » enseignée dés l’école jusqu’au bac (au même titre que les matières « Arts plastiques », « Arts dramatiques » ou « Musique »)

2 – Réformer, améliorer et mieux accompagner l’enseignement du cinéma au niveau du supérieur

3 – Mettre en place une formation académique spécifique pour le cinéma d’animation

4 – Mettre à niveau les professionnels et former professionnellement les non-diplômés

5 – Encourager la redynamisation du cinéma amateur

6 – Relancer le projet de « Baccalauréat Artistique » et lancer l’idée d’un « Campus Art »


 

La réorganisation du métier

 

1 – Réformer la « Carte d’Identité Professionnelle »

2 – Mettre en place un « contrat type » et des conditions générales d’engagement claires, précises, adaptées et adoptées par tous

3 – Repenser les assurances et la C.N.S.S. appliquées au cinéma

4 – Encourager la réforme et le développement des syndicats et des associations professionnels


 

La production et le financement

 

1 – Refonder le système des subventions

2 – Encourager l’éclosion de nouveaux talents

3 – Responsabiliser les producteurs

4 – Encourager les sociétés de productions actives et qui s’ouvrent à des financements variés

5 – Faire participer les producteurs tunisiens aux accords de coopération avec d’autre pays

6 – Obliger légalement les opérateurs de télécommunications, les fournisseurs d’accès Internet et les chaînes de télévision à participer au financement d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques

7 - Mettre en place un mécanisme communément appelé « tax shelter »

8 – Créer des institutions bancaires spécialisées dans la production de l’image

9 – Délivrer des agréments aux établissements de crédits pour proposer des produits financiers destinés au financement du cinéma et de l’audiovisuel (type Sofica en France)

 


La diffusion du film

 

1 – Créer une législation « art et essai »

2 – Revoir la classification des salles et instaurer la billetterie unique

3 – Encourager vivement la création de salles de quartiers et d’art et essai et assurer leur pérennité en s’opposant entre autre dans un premier temps à la création de multiplexes

4 – Soutenir la production tunisienne et la diversité des formes et des formats tant au niveau de la distribution que de l’exploitation

5 – Créer une entité interministérielle qui concevra et appliquera un plan national de sortie progressive du piratage

6 – Encourager la création de sociétés d’édition vidéo et d’exportation et assurer leur pérennité

7 – Accompagner les distributeurs, les exploitants, les éditeurs vidéo et les exportateurs

8 – Créer avec les partenaires maghrébins un réseau de salles pour la diffusion et la promotion des cinémas du Maghreb


 

Le Centre Tunisien de la Cinématographie

 

1 – Mettre en place une « Taxe Culture »

2 – Réinstaurer la taxe sur les produits alcoolisés

3 – Taxer tous les moyens de la chaine du piratage

4 – Taxer les films publicitaires

5 – Créer un petit pourcentage de la redevance télévision de la S.T.E.G. allant au cinéma

6 – Accompagner le laboratoire

7 – Créer une Agence Nationale de Promotion de la Cinématographie Tunisienne

8 – Exonérer des impôts les nouvelles sociétés de production durant les trois premières années de leur existence

9 – Avantager fiscalement la création de nouvelles salles de cinéma

10 – Instaurer le « guichet unique »

11 – Encourager, promouvoir et réguler les tournages des films étrangers en Tunisie

12 – Créer un site web du Centre Tunisien de la Cinématographie



 

IX

CONCLUSION GENERALE


 

            Ce qui peut et doit être fait en attendant le C.T.C. devra être accompli. Le C.T.C .ne doit pas dans l’immédiat être considéré comme un initiateur impératif mais comme un continuateur essentiel d’un large programme d’action dont certaines peuvent et doivent être entreprises instantanément. Parmi ces nombreux chantiers et projets à mettre en place au plus vite : la Cinémathèque Tunisienne, un Fond exceptionnel pour la relance de la diffusion, un Plan national de sortie progressive du piratage et l’inclusion d’une matière « cinéma » depuis l’école primaire jusqu’au bac. De cette manière, le terrain sera préparé pour qu’au moment de sa création, le C.T.C. puisse amorcer et réussir le sursaut industriel nécessaire à la pérennité du cinéma et consistant en l’espèce à la mise en place des différents outils législatifs et fiscaux adéquats, le lancement des Centres Régionaux du Cinéma et l’accompagnement (notamment financier) de la profession.

 

Le C.T.C. n’est pas un objectif ou une fin en soi, c’est un mécanisme et un outil pour assurer le bon fonctionnement du secteur du cinéma, préserver ses acquits quand ils seront réalisés et les développer pour les amener à évoluer constamment. L’objectif est le cinéma : artistiquement important afin de mieux diffuser notre culture et industriellement performant afin de participer au dynamisme de notre économie.

La Tunisie est un pays émergent dont les arts et la culture gagneraient à l’être aussi. Notre pays possède les potentialités humaines pour jouer les premiers rôles dans les manifestations artistiques de tout genre et notre culture de part la richesse de son histoire et de son présent peut briller parmi les cultures du monde.

Aujourd’hui, nous sommes à un moment charnière de l’histoire universelle dans laquelle, après quelques années de tension, l’orient et l’occident semblent se rapprocher de nouveau. Au sein de cette nouvelle donne géopolitique en train de s’amorcer, la Tunisie gagnerait stratégiquement si elle investissait et s’investissait dans les arts et la culture.  

 


XI

LES AUTEURS DU RAPPORT



Ont élaboré ce rapport préliminaire :

 

Khaled Chaouch                           Producteur   
Amen Gharbi                                  Réalisateur – Chef opérateur   
Ali Hassouna                                  Réalisateur   
ismaël                                               Critique   
Chawki Knis                                   Producteur   
Kamel Laaridhi                              Réalisateur   
Amine Messaadi                            Chef opérateur   
Lassaad Oueslati                          Réalisateur

Nassredine Shili                            Réalisateur – Acteur    
Ala Eddine Slim                             Réalisateur   
Moncef Taleb                                 Ingénieur du son

Ridha Tlili                                        Réalisateur

Nadia Touijer                                  Réalisatrice – Monteuse


 

Ont prit en charge la rédaction de la synthèse finale :

 

ismaël                                               Critique   
Chawki Knis                                   Producteur   
Amine Messaadi                            Chef opérateur   
Ala Eddine Slim                             Réalisateur   
Nadia Touijer                                  Réalisatrice – Monteuse    


 

Ont contribué :

 

Mohamed Ali Chérif                      Producteur

Mélik Kochbati                               Président d’association et directeur de festival

Aymen Mbarki                                Artiste d’animation

Abou Seoud Messadi                  Assureur et producteur délégué

Ala Eddine Abu Taleb                  Artiste d’animation


 

Remerciements :

 

Makrem Ayari

Mounir Baaziz

Mehdi Bouhlel

Fathi Doghri

Helmi Dridi

Moncef Fehri

Malek Gnaoui

Wissem Hadded

Faten Hafnaoui

Zied Meddeb Hamrouni

Khlil Ben Hmida

Moustapha Houidi

Ibrahim Letaief

Mahmoud Ben Mahmoud

Rabii Massouidi

Marouane Meddeb

Safe Messadi

Mohamed Ali Nahdi

Aymen Sahli

Karim Souaki

Kais Zaied

 


Le Collectif Indépendant d’Action pour le Cinéma


 

Le Collectif Indépendant d’Action pour le Cinéma est un groupe de travail informel, qui s’est constitué de manière spontané mais déterminée.

Il est constitué pour l’instant de 13 personnes de profils, parcours et métiers du cinéma différents. Il reste néanmoins ouvert à toutes les compétences, les énergies et les points de vue.

Contact : collectifcinema@gmail.com


 

 

Tunis. Avril – Juin 2009.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article